By Torben Bergland

Même si un jour nous mourrons, à moins que Jésus n revienne avant, tous les autres jours sont des opportunités pour vivre vraiment. Nous mourrons un jour, mais chaque jour est un jour à vivre. Comment donc vivre ? En quoi consiste une vie où l’on s’investit soigneusement, d’une vie où l’on dépense sans compter ?

 Concernant les finances, nous condamnons ceux qui dépensent sans compter. Beaucoup ont ruiné leurs propres vies et celles qui dépendent d’eux à travers des dépenses démesurées. Les plaisirs à court terme qu’on obtient de dépenses irréfléchies pèsent peu face à des souffrances à long terme. Les dépenses irréfléchies ont pourconséquence un fardeau lourd et écrasant. Un investissement fait avec soin pour son propre bénéfice et celui des autres est bien meilleur. Tout le monde le sait. Pourtant, des gens continuent d’être des personnes dépensières jusqu’à ce qu’ils n’aient plus rien à dépenser.

 Concernant les finances, nous condamnons ceux qui dépensent sans compter. Beaucoup ont ruiné leurs propres vies et celles qui dépendent d’eux à travers des dépenses démesurées. Les plaisirs à court terme qu’on obtient de dépenses irréfléchies pèsent peu face à des souffrances à long terme. Les dépenses irréfléchies ont pour conséquence un fardeau lourd et écrasant. Un investissement fait avec soin pour son propre bénéfice et celui des autres est bien meilleur. Tout le monde le sait. Pourtant, des gens continuent d’être des personnes dépensières jusqu’à ce qu’ils n’aient plus rien à dépenser.

 Comment donc vivre comme des investisseurs prudents dans la vie ? Où pouvons-nous fidèlement investir pour récolter plus de gains pour nous et pour les autres ?

 Quand le peuple d’Israël était à la frontière de la Terre promise, Moïse lui lança un de ses derniers appels : « Regarde ! Je mets aujourd’hui devant toi la vie et le bien, ou la mort et le mal. 16 En effet, je te prescris aujourd’hui d’aimer l’Éternel, ton Dieu, de marcher dans ses voies et de respecter ses commandements, ses prescriptions et ses règles afin de vivre et de te multiplier, afin que l’Éternel,ton Dieu, te bénisse… Choisis la vie afin de vivre, toi  et ta descendance, 20 en aimant l’Éternel, ton Dieu, en lui obéissant et en t’attachant à lui. Oui, c’est de lui que dépendent ta vie et sa durée » (Deut. 30 : 15, 16, 19, 20).

 Un investissement prudent et fidèle dans la vie sera toujours dans le Seigneur et à travers le Seigneur. Faire de Lui le centre de la vie et suivre Ses principes pour la vie sont l’investissement le plus sûr que nous pouvons faire pour « avoir la vie, et l’avoir en abondance » (Jean 10 : 10).

 Ces principes fondamentaux pour la vie peuvent être retracés à l’origine de l’humanité. En Éden, dont le nom est lié aux mots hébreux pour « délices » et « plaisir », Dieu avait pour intention que la vie soit bonne. Dieu a créé la vie et le monde pour qu’ils soient beaux, agréables et remplis de plaisirs de manière abondante. Nous pouvons à partir du récit de la Genèse, sur l’origine de l’humanité, expliciter de grands principes fondamentaux pour la vie.

Recevoir

 La vie était un don pour l’humanité. Après avoir reçu le souffle de vie de la bouche de Dieu, Adam et Ève ont été offerts l’un à l’autre et ont reçu le monde. Puis, le soir est tombé et le Sabbat a commencé. Adam et Ève ont tout reçu : la vie, l’un, l’autre, le monde, puis le reste. La vie est de recevoir ce que donne Dieu. Il n’y a rien à désirer au-delà de ce qu’Il a donné.

 Malheureusement, depuis, l’humanité a oeuvré pour prendre ce qui ne lui a pas été donné et a mis sa confiance en elle au lieu de compter sur Dieu. Adam et Ève ont tout reçu, excepté le fruit de « l’arbre de la connaissance du bien et du mal » (Gen. 2 : 16). Mais Ève désirait et a mangé précisément  celui-ci, Adam l’a partagé, et le mal et la mort s’en sont suivis. Chaque fois que l’homme désire et exige quelque chose que Dieu n’a pas donné, le mal et la mort sont les conséquences. Seul ce que Dieu a donné est bon. Ainsi, notre premier principe de vie abondante est d’apprécier, de sesatisfaire, et d’être reconnaissants pour ce que Dieu a donné.

Le Repos

 La vie pour l’humanité a commencé par le repos. Après avoir reçu si abondamment, la nuit est tombée, et le Sabbat a commencé. Le Sabbat était le dernier jour de la semaine dans la création de Dieu, mais le premier jour entier dans la vie de l’homme. Même s’il n’avait pas fait beaucoup de choses et qu’il n’était pas fatigué, Dieu l’a invité à se reposer dans ce qu’Il avait créé. Rien ne peut être ajouté à ce que Dieu a créé. Ce qu’Il a créé est suffisant et bon.

 Depuis, l’humanité a malheureusement violé le principe d’une vie de repos en corps et en esprit. Les humains ont besoin de repos spirituel, du repos hebdomadaire, et du repos nocturne. S’ils n’honorent pas ces besoins, ils vont vivre leur vie imprudemment. Dieu nous a donné le Sabbat et la nuit. Dans le rythme circadien d’Éden, la nuit précède le jour. Le repos précède le travail, à la fois dans le domaine spirituel et le domaine physique. Par conséquent, le deuxième principe d’une vie abondante est d’investir dans une vie reposante dans l’esprit et le corps.

Connectivité

 Dans l’histoire de la création, Dieu affirmait encore et encore que tout ce qu’Il avait créé était beau. Pourtant, même avant que le péché n’entre, Il a souligné une chose qui n’était pas bonne : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui » (Gen. 2 : 18). Adam est entré dans la vie dans le merveilleux jardin d’Éden et adorait Dieu le Créateur, face à face. Pourtant, cela ne suffisait pas. Ce n’était pas parfait ; ce n’était pas assez bon. Dieu a mis dans le coeur de l’homme un désir pour quelque chose de plus : le désir de la compagnie de quelqu’un qui serait son égal.

 Malheureusement, depuis, l’humanité tend à être soit plus que matérialiste soit plus que religieuse et les hommes négligent leurs semblables. À la base des deux se trouve l’égoïsme. Hommes et femmes ne peuvent vivre des vies épanouies sans une relation intime d’amour avec le Créateur au-dessus d’eux et la création au-dessous d’eux. Ils ne peuvent vivre non plus une vie épanouie sans une relation intime d’amour avec la créature à leurs côtés. Nous sommes créés pour être en communion avec nos semblables au sein du mariage, de la famille, des amis, et de plus grandes communautés. Ainsi, notre troisième principe de vie abondante est la connexion harmonieuse avec le Créateur au-dessus de nous, les créatures à côté de nous, et la création au-dessous de nous.

Activité

 À la création, les humains ont été recrutés pour être des reflets de Dieu alors qu’ils géraient la création à l’image du Créateur. Même s’ils ne pouvaient rien ajouter à la création de Dieu, ils devaient « le cultiver et le garder » (Gen. 2 : 15). Par cette activité, eux-mêmes seraient bénis et resteraient en bonne santé.

 Malheureusement, depuis, les humains ont exploité la création et ont abusé d’elle plutôt que d’en prendre soin. Au lieu d’être des gardiens de la création, ils sont devenus son plus grand adversaire. En s’aliénant la création, au lieu de la cultiver et la garder, l’humanité elle-même souffre.

 L’inactivité physique est une cause majeure de maladies liées au style de vie, et un manque d’objectifs et de sens dans le travail prévaut. Ce n’est pas ce que Dieu prévoyait pour ceux créés à Son image. Ainsi, notre quatrième principe de vie abondante est une activité en harmonie avec ce pour quoi nous avons été créés.

Alimentation

 Alors que Dieu a donné l’Éden pour que les hommes et les femmes puissent y vivre, Il a aussi pourvu à ce dont ils avaient besoin pour vivre une vie d’abondance. Après la création, les hommes et les femmes devaient vivre des fruits des arbres du jardin (Gen. 2 : 16). Après la chute, ils mangeaient aussi de la nourriture du sol et des plantes des champs (Gen. 3 : 17, 18). Puis, après le Déluge, le peuple a reçu l’autorisation de manger des animaux (Gen. 9 : 3). Nous avons la permission de manger une variété de nourriture. Nous savons cependant qu’un régime équilibré basé sur les plantes et aliments complets, avec un supplément de nutriments essentiels comme la vitamine B12 est le meilleur régime quand et là où il est disponible. On ne peut améliorer ce que Dieu a fait pour nous et Ses intentions à notre égard.

 Malheureusement, l’humanité a voulu manger ce qui n’était pas autorisé ou ne lui était pas destiné. Au lieu d’aliments complets, nous avons créé des aliments raffinés. Au lieu de nourriture à base de plantes, les gens préfèrent souvent une nourriture carnée. Comme conséquence, nous souffrons, les animaux souffrent, et la nature souffre. Nous allons à l’opposé de ce pour quoi nous avons été créés, ce pour quoi les animaux ont été créés, et ce pour quoi la nature a été créée, alors la création subit la souffrance et la mort. La création a dégénéré après des millénaires de péchés et que la nourriture n’est plus ce qu’elle était dans le jardin d’Éden. Cependant, nous pouvons toujours essayer de nous nourrir principalement des aliments que Dieu a créés pour nous. Ainsi, notre cinquième principe de vie abondante est de nous nourrir de vrais aliments, non de substituts artificiels créés par l’homme à partir de ce que Dieu pourvoit par la nature.

 Quand nous laissons Dieu au centre de nos vies et recevons ce qu’Il a abondamment donné, alors nous devons apprécier les richesses et bénédictions d’une vie où l’on s’investit soigneusement et fidèlement et non dépens er imprudemment ce qui ne nous a pas été donné.

Torben Bergland

Torben Bergland

Dr Torben Bergland est l’un des directeurs associés du Département des Ministères de la Santé de la Conférence Générale des adventistes du Septième Jour, le quartier général de l’Église Adventiste du Septième Jour.