Mon histoire commence en 2016, durant ma dernière année à l’université. Certains parmi vous savent peut-être par une anecdote ou par expérience personnelle comme cela peut être difficile d’être un étudiant adventiste du Septième Jour dans une université où l’on ne connait pas le Sabbat. Eh bien, croyez-le ou pas, ce défi m’a menée là où je suis aujourd’hui : une missionnaire qui sert dans la Fenêtre 10/40.

Mon examen final devait se tenir un sabbat. J’ai essayé tout ce que je pouvais pour qu’on change le jour : j’ai écrit des lettres, rencontré des coordonnateurs de bureau en bureau. Tous ont refusé ma requête, disant que pour cette fois, je devrais me montrer flexible dans mes croyances et que Dieu comprendrait. Je savais que ce n’était pas seulement l’examen ultime de mon diplôme, mais aussi un test crucial de ma foi. Ce sabbat matin à l’église, j’ai plaidé auprès de Dieu pour des réponses, mais les réponses ne vinrent pas à ce moment. J’ai fait une promesse par la foi : je serais une missionnaire là où Il voudrait, s’Il me permettait d’obtenir mon diplôme cette même année.

Eh bien, Dieu a répondu à ma prière. Il répond toujours aux prières d’une manière ou d’une autre. Il a répondu à ma prière en son temps ! Maintenant, je vis ici et j’accomplis ma promesse.

Servir comme missionnaire

J’ai servi pendant deux ans comme enseignante missionnaire en Amérique Centrale. Maintenant, je sers comme missionnaire dans l’Union du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (UMOAN). Je prêche aux étudiants à l’université où je suis inscrite, dans la tradition des Vaudois du Moyen-Âge qui poursuivaient des activités séculières comme moyen de propager l’évangile.

Se trouver en terre étrangère est un défi. Votre famille, votre pays, et vos amis vous manquent. Vous devez aussi vous adapter à une nouvelle culture, aux habitants, au climat, etc. La seule chose sur laquelle vous pouvez compter, c’est l’amour immuable, indéfectible de Dieu et sa promesse d’être toujours avec vous. Avec cette perspective, les choses se passent sans difficulté. 

Les universités sont des champs missionnaires extraordinaires. Vous rencontrez des gens de votre âge, vous vous faites facilement des amis, et vous avez beaucoup d’occasions de parler de Dieu à des personnes à l’esprit ouvert et curieux. Je sers Dieu ici depuis un mois, et je vois sa main travailler dans ma vie et celles de mes amis.

Avec le recul, je pense à tous les problèmes liés au Sabbat rencontrés à l’université il y a trois ans. Je comprends pourquoi Dieu m’a permis de vivre cela. Il me préparait simplement à ce que je vis maintenant. Une fois de plus, j’ai des « problèmes » concernant les cours et les examens le sabbat, mais je ne les considère plus comme des défis, mais plutôt comme des occasions que Dieu m’accorde pour partager ma foi. Plusieurs fois, on m’a demandé pourquoi je ne vais pas en cours le sabbat, et cela se termine toujours par un partage sur Dieu, sa création, et la Bible.

Pendant une année entière, je ne suis pas allée en cours le sabbat. Néanmoins j’ai pu obtenir de bonnes notes. Mes condisciples n’en revenaient pas. Quand elle a planifié les examens de fin d’année, l’administration de l’université a décidé de placer deux examens importants le sabbat. La seule façon pour qu’on les déplace, c’était que tous mes condisciples acceptent d’autres dates. Tous ont accepté le changement rien que pour moi ! Même les administrateurs étaient surpris que les étudiants acceptent les changements. Ils comprenaient tous l’importance pour moi de garder le Sabbat, et je sais que Dieu plante des graines ici et là. Je suis très reconnaissante envers Dieu de sa façon d’agir.

Fatima

Mon amie Fatima (prénom fictif) et moi nous sommes rencontrées à une fête de Noël en décembre, et nous sommes devenues de bonnes amies parce que nous aimons toutes deux cuisiner (et manger aussi) ! Nous avons commencé à partager des conseils culinaires et des recettes jusqu’à ce qu’un jour elle m’invite à déjeuner chez elle. Nous avons eu une conversation sur nos croyances et valeurs ; nous en avions beaucoup en commun.

 Nous avons commencé à nous retrouver et avons passé tout l’été ensemble. Aujourd’hui, je fais presque partie de sa famille. Ils m’invitent chaque mois à passer du temps avec eux, à la plage, ou à des activités sociales. Ses parents ont rencontré les miens, et maintenant nos familles se connaissent et se font mutuellement confiance. Mais la chose étonnante, c’est la façon dont Dieu travaille dans son cœur

La première fois où je suis allée déjeuner chez Fatima, nous nous sommes mises à parler de Dieu, et surtout du Sabbat. Elle était surprise d’entendre mes croyances, et de voir qu’un « chrétien » peut avoir tant de valeurs communes avec les musulmans.

Alors que nous continuions à parler, elle a décidé de se joindre à notre petit groupe pour les vêpres le vendredi, surtout par curiosité. Elle a aimé cela ! Nous lui avons donné une Bible en arabe et un questionnaire de l’École du Sabbat pour qu’elle puisse suivre notre étude et même partager ses idées à ce sujet. C’est incroyable de voir comment elle a cessé de considérer la Bible comme corrompue par des mains humaines, mais comme un livre extraordinaire qu’elle veut lire chaque jour. Cela m’a étonné qu’on  passe si vite des conversations spirituelles aux études de la Bible : je ne m’y étais pas préparée. Le temps de Dieu n’est jamais le nôtre ! Maintenant, Fatima vient souvent aux vêpres du sabbat ou le sabbat matin.

Ces expériences ne sont que quelques-unes où j’ai vu Dieu se servir de moi comme un instrument.

Louer Dieu !

Je veux louer le Seigneur pour les membres d’église qui contribuent par leurs finances à la mission dans MOAN. Nous vous remercions de donner généreusement pour soutenir les Vaudois des temps modernes qui prêchent et vivent l’évangile dans des environnements difficiles avec des défis. Grâce à votre aide financière, nous pouvons travailler chaque jour ici dans le champ missionnaire. Souvenez-vous que chaque fois que vous donnez, cela signifie le don d’une Bible gratuite, un cœur touché par la Parole de Dieu, ou une nouvelle personne qui donne sa vie au Seigneur. Vos contributions en argent sauvent des vies et ont une signification éternelle.

Gardez-nous dans vos prières.

Témoignages de deux Vaudoises qui travaillent dans MOAN

Pendant des temps de crise, nous avons besoin de solutions extrêmes. Et c’est pourquoi au début du confinement dû au COVID-19 nous ne savions pas trop comment agir. Notre rêve d’un petit groupe d’étude de la Bible s’était évanoui avec les mesures d’isolement, et nos amis n’étaient pas prêts à continuer avec des groupes de conversation spirituelle seulement. Mais nous avons alors vu une occasion de partager le message de santé. 

Nos amis locaux s’ennuyaient à la maison avec beaucoup de temps sur les bras, et une amie nous a suggéré d’essayer le programme « CREATION Life[*] ». Nous avons donc décidé de l’essayer et de nous rencontrer deux fois par semaine via Zoom et de couvrir un sujet par semaine.

Au début, nous étions peu. Maintenant, trois à six filles assistent à chaque rencontre ! Nous avons pu avoir des discussions spirituelles avec quelques-unes d’entre elles, et l’une d’elles a commencé à étudier la Bible. Nous avons donné une copie du livre d’Ellen White, La Tragédie des Siècles, à une autre fille. Nous avons prié avec chacune d’elles.

C’est merveilleux de voir comment Dieu nous conduit à témoigner pour lui en des temps difficiles, et Il nous a montré une fois de plus que rien ne lui est impossible. Il utilise même un temps de crise pour montrer sa gloire.

Quand nous avons terminé le programme « CREATION Life », nous avons rencontré les filles pendant le ramadan, la période de jeûne chez les musulmans. Plus tard, nous avons tenu une deuxième série puis une troisième du programme « CREATION Life », qui se concentrent sur les thèmes émotionnels, personnels, et relationnels. Nous avons pu raconter des paraboles, des histoires de Jésus et des prophètes, et la création.

Nous savons que Dieu travaille dans ces réunions, et chaque sujet éveille un besoin dans le cœur de ces filles que seul le Saint-Esprit peut combler. Nous louons le Seigneur, parce qu’Il est le Seigneur de la moisson, et ses voies sont toujours incroyables !

 

 

 

Citations :

 

Elle était surprise d’entendre mes croyances, et comment un « chrétien » peut avoir tant de valeurs communes avec les musulmans.

Chaque fois que vous donnez, cela signifie le don d’une Bible gratuite, un cœur touché par la Parole de Dieu, ou une nouvelle personne qui donne sa vie au Seigneur.

 

[*] https://www.adventhealth.com/creation-life