L’Église est à la fois locale et mondiale. Rien ne pouvait être plus local que l’église dans la maison de Priscille et Aquila (Ro 16.3, 5), ou l’église dans la maison de Nympha (Col 4.15). En même temps, l’apôtre Paul fait référence à l’église en Macédoine, une grande région dans le nord de la Grèce, comme une seule entité (2 Co 8.5), même si elle consistait en multiples églises (Ac 16, 17). Les deux dimensions, locale et mondiale, de l’Église font partie du projet de Dieu pour Son peuple.

À présent, plusieurs églises locales ont été et sont toujours fermées à cause de la pandémie. La capacité des églises locales à continuer d’enseigner, de prêcher, d’évangéliser et d’assurer la nourriture spirituelle des membres actuels, en l’absence d’un mode normal de vie d’église, a été mise à l’épreuve. Une église régionale ou mondiale aurait-elle pu se substituer à l’église locale et servir efficacement les membres ? La technologie dont nous disposons nous permet d’atteindre n’importe qui, n’importe quand, et à un coût minimum ! N’est-ce pas de la bonne gestion ? De plus, cette configuration émergente est dans le droit fil de notre tendance à l’individualisme et à l’aversion desresponsabilités et de l’engagement. Quel est le but de Dieu pour l’église locale de notre génération ?

Il est intéressant de constater que la Bible parle de la fonction irremplaçable de l’église locale et de sa pertinence permanente. L’évangéliste Luc déclare que ceux qui étaient sauvés étaient ajoutés à l’Église, et il souligne l’unité de cette première communauté de croyants (Ac 2.42–47). L’apôtre Paul décrit la fonction de l’église comme fournissant un espace pour l’encouragement et le soutien mutuels, l’amour et les bonnes actions, essentiels pour les temps de la fin (Hé 10.24, 25 ; Gal 6.2). L’Église mondiale ou régionale peut aider à répondre à ces besoins ; mais l’église locale reste la plateforme par excellence qui y répond de manière satisfaisante.

Dans ce numéro de Dynamic Steward, nous reconnaissons l’importance permanente de l’église locale et la nécessité d’une éducation de la gestion à ce niveau. Plusieurs articles développent la manière dont les éducateurs de gestion doivent équiper le peuple de Dieu pour des œuvres de service, afin que le corps du Christ soit édifié (Éph 4.12). Le principal article est une reproduction du chapitre « Un enseignement donné par les pasteurs et les membres dirigeants de l’Église » du livre Conseils à l’économe. Il rappelle à notre esprit la responsabilité de former de fidèles économes au sein de l’église locale. Un autre article, rédigé par un groupe de formateurs de la gestion, clarifie le rôle du directeur de la GCV de l’église locale. Julian Archer nous propose une esquisse de sermon sur la gestion, qui pourra être utile la prochaine fois que vous devrez vous adresser à une congrégation. Pour un encouragement et une foi renouvelés, nous vous recommandons l’histoire de Valère Marouvin, qui a servi son église locale comme responsable de la GCV depuis 1976.

Tandis que Jésus continue à édifier Son Église, joignons-nous à Lui comme associés-constructeurs !

Aniel Barbe, Rédacteur en chef