By Mundia Liywalii

Un objectif de la venue de Jésus sur notre planète infesté par le péché est clairement expliqué dans Jean 10 : 10 : « Le voleur ne vient que pour égorger, voler et détruire ; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles l’aient en abondance ». Jésus ne souhaite pas seulement que nous profitions de la vie éternelle en Lui au ciel et dans la nouvelle terre, mais désire que nous commencions à apprécier une vie abondante maintenant et aujourd’hui. Alors que nous chantons « dans la douceur de l’au-delà », quelques aspects de cette vie peuvent déjà être vécus dans cette vie. Une vie abondant  ou « une vie dans sa plénitude, » est l’aspiration de plusieurs, si ce n’est de tous. Malheureusement, en courant près une vie abondante, les gens s’engagent souvent dans des activités qui les laissent avec le coeur brisé. Comment donc peut-on profiter de cette vie abondante ici et maintenant ?

Connexion constante avec Dieu

 Une vie abondante est le résultat d’une connexion constante avec Dieu. Jésus élaborait sur ce processus quand Il déclarait, « Si quelqu’un ne demeure pas en Moi, il est jeté dehors comme le sarment et il sèche ; puis on ramasse les sarments, on les jette au feu, et ils brûlent. » 1

 La corrélation entre une vie abondante et la connexion avec Dieu s’illustre de manière unique dans la vie de Joseph. L’expression « L’Éternel était avec Joseph » apparait à quatre reprises dans Genèse 39, et comme conséquence nous lisons « Tout ce qu’il entreprenait, l’Éternel le faisait réussir entre ses mains » (vs. 3). Quand un gestionnaire garde la connexion avec Dieu, la prospérité physique, matérielle, et spirituelle est la récompense.

 Le succès ou la prospérité qui provient d’une connexion avec Dieu gardera humble l’individu (voir Ps. 75 : 6). Dieu est reconnu comme la Source, le Seigneur, et le Propriétaire de toutes choses.

Obéissance

 Dans Deutéronome 4, Moïse a rappelé aux enfants d’Israël que la vie abondante dépend de l’obéissance aux exigences de Dieu. L’obéissance résulterait en une longue vie.

 « Respecte Ses prescriptions et Ses commandements que je te donne aujourd’hui, afin d’être heureux toi et tes enfants après toi, et de vivre longtemps sur le territoire que l’Éternel, ton Dieu, te donne en propriété perpétuelle. » 2

 L’obéissance ne ferait pas d’eux le peuple de Dieu ; c’était déjà leur identité. Ils devaient obéir pour exprimer leur relation avec Dieu. Par la grâce de Dieu, les gestionnaires obéissent à ce qui est révélé et la récompense est la vie abondante. Ils font attention à suivre les instructions de Dieu pour gérer leur santé et leurs finances, des domaines cruciaux qui affectent la qualité de la vie.

 Les gestionnaires reconnaissent que leurs corps sont les temples du Saint-Esprit (1 Cor. 3 : 16-18). Ainsi, ils s’efforcent de se maintenir en bonne santé. Ils évitent de s’adonner à des substances nocives. On évite totalement des substances comme l’alcool, le tabac et les drogues. De plus, les gestionnaires veillent à ce qu’on place sur la table. Ils ont la sagesse de discerner que ce n’est pas tout ce qu’on appelle aliment qui est bon pour le corps. Des aliments sont attirants aux yeux et ont un bon goût dans la bouche, mais sont nuisibles à la santé. Des aliments qui mènent à l’obésité, à la pression artérielle élevée, au diabète, etc., n’ont pas leur place sur la table d’un gérant impatient de préserver une vie abondante. Cet aperçu additionnel informe de ce que doit manger le gérant sage. « Mais tous les aliments sains ne sont pas également bons dans toutes les circonstances. Il faut les choisir, les adapter aux saisons, au climat dans lequel nous vivons et à nos occupations. »3

 Éviter des substances nocives et sélectionner de manière prudente la nourriture sont importants. Mais ils sont insuffisants tout seuls pour assurer une vie abondante. L’activité physique est considérée comme une obligation. Dans le premier livre que j’ai lu d’Ellen White, j’ai trouvé la déclaration suivante : « La force s’acquiert par l’exercice ; l’activité est la condition même de la vie. » 4 Notre santé physique est étroitement liée à la façon dont nous préservons nos corps par des exercices réguliers.

 Les gestionnaires épousent le concept de la propriété de Dieu sur toutes choses (Ps. 24 : 1). Cette conviction va de pair avec leur volonté d’obéir et les mène à pratiquer le retour de la dîme et le don des offrandes. Leur motif n’est pas de recevoir des bénédictions ; cependant, la fidélité est toujours récompensée d’une manière ou d’une autre. La vie abondante est le résultat, et elle couvre toutes les dimensions de l’existence. L’obéissance dans le domaine des finances peut être un problème si sensible que Dieu nous ordonne de L’« éprouver » (Mal. 3 : 10). Il n’y a peut-être aucun autre domaine où Dieu nous invite à Le mettre à l’épreuve sauf ici. Ceux qui craignent que rendre la dîme oudonner des offrandes les réduise à la pauvreté peuvent être rassurés dans Malachie 3.

Conclusion

 En Jésus, une vie abondante n’est pas seulement une réalité distante. Elle peut commencer aujourd’hui. Ceux qui sont des gestionnaires fidèles, maintiennent une connexion quotidienne avec Dieu, et gèrent leurs vies en harmonie avec Ses instructions vivront une vie de plénitude au plus haut point.

1 Jean 15 : 6

2 Deutéronome 4 : 40

3 Ellen G. White, Le Ministère de la Guérison, p. 251.

4 Ellen G. White, Vers Jésus, p. 123..

 

Mundia Liywalii

Mundia Liywalii

Dr Mundia Liywalii est actuellement le directeur GCV de la Division Afrique Australe — Océan Indien. Il détient un Doctorat de Ministère de l’Université adventiste en Afrique.