By Esther Ah Kiune


l était une fois, un jeune garçon intelligent mais très malheureux. Avait-il le nez rouge ? Les cheveux verts ? Les oreilles trop grandes ? Les yeux de travers ? Aujourd’hui, personne ne le sait.

 

Aucune jeune fille ne voulait l’épouser, aucun garçon ne voulait devenir son ami. Et lorsqu’il se présenta pour un entretien d’embauche, on lui interdit l’accès.

 

 « C’est trop injuste ! » pensa le jeune homme en s’en allant, tête baissée. « Je ne l’ai quand même pas choisi mon visage ! »

 

Il se souvint alors d’une berceuse que lui chantait sa mère dans son enfance.

 

Au pays de l’Ouest,

Au pays des orages,

Une montagne

Touche les nuages.

La Terre y rencontre

Le Ciel étoilé.

Deux sages,

Deuxréponses…

Mais comment y aller ?

 

« Je dois trouver cette montagne. Je l’escaladerai et demanderai aux sages pourquoi j’ai un visage aussi disgracieux ! » Et il partit vers l’ouest. Il marcha longtemps.

 

Un soir, un terrible orage se déchaîne. Le tonnerre gronde, les éclairs déchirent le ciel. L’étudiant est trempé jusqu’aux os. Il aperçoit une ferme isolée, prend courage et frappe à la porte. Un vieillard aux yeux tristes lui ouvre. Ilsemble ne pas remarquer la laideur de son hôte. Il l’accueille, le nourrit, l’invite à se réchauffer, comme s’il recevait un visiteur de marque. Pourtant, le lendemain il demande :

 

« Excusez la curiosité d’un vieil homme… Mais que faites-vous, cher jeune homme, dans ce pays perdu, si loin des écoles ? »

 

« Je cherche la montagne où le ciel rencontre la terre. On dit que nous trouvons réponse à toute question… Et je voudrais savoir pourquoi je suis silaid. »

 

Le vieillard soupire. « Chaque personne porte un malheur. Moi, par exemple, j’ai une fille unique que j’aime par-dessus tout, mais la pauvre enfant est muette. Voilà pourquoi j’habite si loin de tout autre village : elle ne doit pas savoir qu’elle est différente des autres… S’il vous plaît, lorsque vous aurez atteint la montagne, pourriez-vous demander pourquoi ma fille est muette ? »

 

« Je vous apporterais la réponse à mon retour ! promet le garçon en continuant sonvoyage. »

 

Le sentier a disparu. La montagne semble toute proche, les nuages l’entourent. L’œil fixé sur la montagne, l’élève grimpe parmi des rochers noirs et escarpés. Aucun oiseau, seul un aigle s’élève de temps en temps.

 

Un torrent arrête l’avancée du jeune homme. Les eaux sont profondes, rapides, et tourbillonnent. Impossible de les traverser à gué ou à la nage. Il ne voit pont ni tronc d’arbre. Soudain, il aperçoit un mouton près d’une vieille barque mais personne à l’horizon. L’animal semble malade.

 

« Tiens ! Tiens ! Depuis que je vis ici, voici le premier individu à parvenir si haut ! »

L’étudiant sursaute en entendant cette voix étrange. Il regarde autour de lui. Là, derrière un buisson, il aperçoit une dame âgée.

 

« Je me demande ce que tu cherches dans ce désert.

 

— J’essaie d’atteindre le sommet de la montagne pour poser une question. 

 

— Pourrais-tu en poser une de ma part ? 

 

— Volontiers !

 

— Alors, monte dans la barque ! Je ne suis plus toute jeune, je n’ai jamais eu d’enfant. Je me suis attachée à ce mouton que j’ai recueilli depuis sa naissance. Mais depuis une semaine, il ne mange plus et cela m’attriste. C’est mon seul ami, je ne veux pas le perdre. Pourrais-tu demander pourquoi il est dans cet état ? 

 

— J’en demanderai la raison, je le promets ! » lance le garçon en sautant àterre.

 

Finalement, il atteint le sommet. Deux vieillards souriants montent lagarde.

 

« Puisque tu as entrepris ce voyage difficile, ta question doit être très importante, » déclare le premier. « Tu pourras poser deux questions. »

 

Le jeune homme les salue d’une révérence.

 

« Si la vieille dame ne m’avait pas aidé à traverser le torrent, je ne serais jamais parvenu ici ! » Il demande alors :

 

« Pourquoi le mouton seul ami de la vieille dame est-il très malade ?

« La semaine dernière, le mouton a avalé une émeraude. Ce joyau le rend malade » répond le premiersage. « Donne-lui cette herbe et il crachera le joyau. »

 

L’étudiant s’incline et le remercie. Il s’apprête à poser sa question, lorsqu’il revoit le vieillard triste qui l’a accueilli pendant l’orage. La première personne qui ne s’est pas moquée de lui a une enfant muette… Ne pas pouvoir rire et chanter, n’est-ce pas pire que d’être laid ?

 

« Pourquoi ? Pourquoi la fille du vieillard est-elle muette ? »demande-t-il.

 

« Parce que le mari dont elle rêve, une personne juste et lettrée, n’a pas encore surgi dans sa vie, déclare le deuxièmesage. »

 

Les deux sages disparaissent alors dans un épais nuage.

 

Lentement, tristement, le jeune homme redescend. Au bord du torrent, la vieille dame l’attend.

 

« Ton mouton a avalé une émeraude il y a une semaine ; elle lui fait mal ! Tu dois lui donner cette herbe. »

 

L’herbe avalée, le mouton recrache l’émeraude. Il va beaucoup mieux.

 

La dame lui tend l’émeraude : « Garde-la en souvenir de moi ; elle te portera bonheur ! »

 

L’étudiant traverse la forêt, descend au pied de la montagne et, la nuit tombée, arrive à la ferme de son premier hôte. Dans la cour, une jeune fille vêtue d’une robe de soie distribue du grain auxpoules.

 

Il la regarde. « Elle a l’air si triste ! »

 

Il imagine la joie du père en apprenant que sa fille recouvrera la parole et épousera un grand lettré. Il ne se sent plus aussi malheureux de n’avoir pas de réponse à sa propre question. Il se presse et frappe au portillon.

 

« Soyez le bienvenu, seigneur… Nous vous attendions. »

 

Surprise ! La fille vient de prononcer ses premiers mots. Sa voix est comme une clochette d’argent toute neuve. Lui s’émerveille.  

 

Le père danse de joie en entendant son enfant parler. Il décide de la marier au jeune garçon.  

 

Le regard plein d’amour de sa jeune femme persuade notre héros qu’il n’est pas si laid, après tout. Cela lui vaut un air si joyeux et un sourire si radieux que bientôt tout le monde le trouve fort agréable. Pourtant, rien n’a changé ni son nez ni ses cheveux.

 

« En pensant aux autres et en les aidant, nous finissons par apprécier ce que nous sommes vraiment », conclut le jeune homme.

 

 

Cette histoire est une version retravaillée du livre « La montagne aux trois questions » de Béatrice Tanaka.

Esther Ah Kiune

Shared by Esther Ah Kiune, Women Ministries director, La Reunion Conference, La Reunion.

Media Block Image Alt

July–September, 2019

CONTENTEMENT