By Murvin Camatchee

Pourquoi ai-je besoin de rendre ma dîme ? La dîme est-elle pertinente pour les croyants ? Est-ce compatible avec le message Chrétien ? Où dois-je apporter ma dîme ? Puis-je décider ce que je veux faire de ma dîme ? Telles sont certaines des questions fréquemment posées concernant la dîme.

À l’époque du prophète Malachie, le peuple était passé à un mode de passivité spirituelle. Il n’y avait pas d’engagement sincère, et il s’était ajouté à un manque d’obéissance au Dieu de l’alliance . Dieu fit l’appel suivant à travers Son serviteur : « Apportez toutes les dîmes à la maison du trésor afin qu’il y ait de la nour riture dans ma maison. Mettez-moi ainsi à l’épreuve, dit l’Éternel, le maître de l’univers, et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les genêtres du ciel, si je ne déverse pas sur vous la bénédiction en abondance. » (Mal 3 : 10)

Pourquoi un tel appel de Dieu ?

Un acte d’adoration

« Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes… » Il y a deux éléments importants que l’on doit souligner au sujet du verbe « apportez », employé dans la plupart des versions en anglais de la Bible :

On peut aussi le traduire par « venez ». Il est employé à l’impératif, décrivant ainsi un ordre. Cependant, quand nous consultons la langue d’origine, nous remarquons que cet impératif est mis sous une forme où il exprime une action causale. Ce qui signifie qu’il y a une action qui amène une autre.

Une traduction libre serait alors : « Venez à la maison du trésor, avec vos dîmes ». Dans ce cas, la dîme serait l’action secondaire suivant l’action primaire, qui est de venir à la maison du trésor. La maison du trésor se situait dans le complexe du Temple ; elle comprenait plusieurs pièces et servait pour le trésor du Temple. C’est un fait que personne n’irait à la maison du trésor si son intention initiale n’était pas d’aller au Temple.

Ainsi, notre traduction libre de cette phrase peut encore être changée comme suit : « Venez au Temple, avec vos dîmes ». Ceci nous révèle que cet appel est avant tout un appel à l’adoration—un appel au peuple de retourner à son Créateur (Néh. 9 : 6), son Soutien (Matt. 6 : 26), son Médecin (Ps. 6 : 2), son Sauveur (Ésa. 43 : 11). C’est de revenir à Celui qui est resté fidèle à Ses promesses et dont les bénédictions ont été continuellement déversées sur lui. Le message apporté par le prophète Malachie nous dit que toute bénédiction divine devrait conduire à l’adoration, qui serait conséquemment suivie d’une dîme de toutes les bénédictions matérielles et financières. On trouve ce même principe dans Genèse 28, quand Jacob fit sa promesse :

Jacob fit ce voeu : « Si Dieu est avec moi et me garde pendant mon voyage, s’il me donne du pain à manger et des habits à mettre, 21 et si je reviens en paix chez mon père, alors l’Éternel sera mon Dieu. 22 Cette pierre dont j’ai fait un monument sera la maison de Dieu et je te donnerai la dîme de tout ce que tu me donneras ». (Gen. 28 : 20-22) Dans cette promesse, Jacob fait une liste des bénédictions que Dieu lui a promises. Puis, en édifiant un autel qui symbolise la maison de Dieu, il jure d’adorer son Créateur. Finalement, il fait le serment de rendre la dîme à Celui qui le soutient.

En nous basant sur ces deux passages bibliques, nous pouvons conclure que le modèle naturel que Dieu veut que nous suivions concernant la dîme est celui décrit dans le schéma suivant :

La dîme ne devient pertinente et significative que s’il y a une reconnaissance des bénédictions de Dieu de même qu’un engagement à vivre une vie d’adoration.

La mission

« Afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison. » Dieu étant Lui-même Celui qui pourvoit, Il n’a certainement pas besoin de notre dîme pour s’assurer qu’il y a de la « nourriture dans Sa maison ». Mais Il veut que nous soyons conscients qu’Il a de l’estime pour notre réponse positive à Son appel. Il agit ainsi pour nous donner l’opportunité d’entrer en partenariat avec Lui. Le Seigneur nous montre clairement que Sa maison ne peut demeurer sans ressources. Ceci implique qu’un manque de ressources serait un obstacle à l’accomplissement de la mission. Pour éviter une telle situation, Dieu accorde à chacun d’entre nous l’énorme responsabilité de s’assurer qu’il y a toujours suffisamment de ressources pour la mission.

Reconnaitre les bénédictions que Dieu déverse sur nous, s’engager pour vivre une vie d’adoration, et rendre fidèlement notre dîme sont les diérentes étapes que nous devons suivre de manière séquentielle si nous acceptons de faire partie de la mission de Dieu.

Quand Dieu dit : « Ma maison », Il met l’accent sur le fait que ce n’est pas seulement notre dîme qui Lui sera apportée, mais que nous devons aussi Lui faire confiance quand il s’agit de son utilisation. Si nous sommes totalement convaincus que Dieu est le Seul qui a la capacité de nous bénir, nous devons aussi être capables de croire qu’Il guidera Ses serviteurs choisis quand il s’agira d’utiliser ces ressources. Dieu rappelle une fois de plus le fait que cet appel est pour Son peuple afin de centrer une fois de plus son objectif sur Lui et sur Sa mission.

Le cercle vertueux

« Mettez-moi ainsi à l’épreuve, dit l’Éternel, le MAITRE de l’univers, et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les fenêtres du ciel, si je ne déverse pas sur vous la bénédiction en abondance. »

Quand Dieu dit : « Mettez-Moi à l’épreuve en ceci », Il donne en vérité l’occasion à Son peuple de faire l’expérience de Sa fidélité (1 Cor. 1 : 9) et de goûter à Sa bonté (Ps. 34 : 8) sans empiéter sur notre liberté de choix. Dieu nous appelle, mais la décision est la nôtre. 

Cela va en réalité au-delà d’un simple appel car c’est aussiaccompagné d’une promesse. Répondre positivement à cet appel est comme entrer dans un cercle vertueux où Dieu nous promet qu’il n’y aura pas de fin aux bénédictions qu’Il déversera sur nous.

C’est un cercle vertueux parce que c’est une reconnaissance des bénédictions qui nous motive de rendre notre dîme. D’autre part, quand nous rendons notre dîme fidèlement Dieu nous promet plus de bénédictions. Plus nous sommes bénis, plus nous donnons ; et plus nous donnons, plus nous sommes bénis.

Murvin Camatchee

Murvin Camatchee

Murvin Camatchee (MBA, MDiv). Marié à Corrine, il est actuellement le Pasteur Principal de l’église de College Drive dans la Fédération des États du Golfe, ÉU.