By Marcos F. Bomfim

Êtes-vous sur le point de gagner des revenus supplémentaires ou une augmentation inattendue ? Une de mes filles a demandé que nous priions pour elle alors qu’elle postulait pour un nouvel emploi, s’attendant à ce que ses revenus actuels doublent. Tous les membres de notre famille priaient alors qu’elle avançait dans le processus de sélection, même si son mari et elle n’auraient pas besoin de ce revenu additionnel pour survivre. Un matin, alors que je priais pour eux, j’étais tellement préoccupé des dangers spirituels liés à la situation que j’écrivis un simple texte biblique pour le lire durant leur culte de famille. J’espérais qu’il les aiderait à reconnaitre comment un revenu additionnel peut être à la fois une bénédiction et une malédiction.

Deux semaines après, après avoir lu ce texte durant un sermon au Salvador, Brésil, je reçus tellement de requêtes pour le rendre disponible que je décidai de l’éditer et et de le donner à publier.

Plus de revenus peuvent être véritablement une bénédiction de Dieu (Deut. 8 : 18), c’est aussi vrai que cela peut représenter une malédiction—spécialement si les principes éternels de Dieu ne protègent pas la vie familiale. Entre les mains de ceux qui ne se sont pas engagés au Seigneur, une augmentation inattendue sera certainement utilisée par l’ennemi du Seigneur pour séduire les enfants de Dieu. Elle les mènera au matérialisme, au consumérisme, et à l’indépendance de Dieu, neutralisant ainsi Son influence (Matt. 13 : 22) ! Et ce que Dieu avait l’intention de donner comme bénédiction, Son ennemi peut l’utiliser pour devenir une malédiction (1 Jean 2:15-17) !

Plus de revenus peuvent être une bénédiction si : de revenus peuvent être une bénédiction si :

L’on a augmenté les revenus de manière honnête, sans compromettre aucun principe de la loi de Dieu par des mensonges, des avantages illicites sur les plus faibles, ou la malhonnêteté.

Je planifie du temps pour la communion personnelle avec Dieu pour occuper la première tranche de mon emploi du temps journalier, juste après mon réveil. (Matt. 6:33).

Le temps pour le culte de famille (matin et soir) sera gardé comme une priorité absolue, au-dessus de toute préoccupation terrestre.

J’ai encore du temps pour les réunions de prières régulières ou pour les réunions de petits groupes.

Un temps régulier pour une mission personnelle (études bibliques, évangélisation, petits groupes, etc.) est encore une activité plus importante que les tâches qu’on m’a confiées.

J’observe toujours le Sabbat, d’un coucher de soleil à l’autre, et assiste avec ma famille à la fois à l’École du Sabbat et au service divin.

 Je donne priorité à suffisamment de temps pour des relations avec ma famille (époux/se et enfants) sur une base quotidienne, évitant le piège du « temps de qualité ».

Au moins un des parents reste à la maison quand les enfants y sont.

Je considère le temps passé à garder le corps en bonne santé comme presque aussi important que la prière :

  Dormir suffisamment.

• Pratiquer des exercices quotidiens.

• Prendre deux ou trois repas par jour sans grignoter entre les repas.

• Avoir décidé que tout revenu additionnel ne servira pas à acheter des aliments ou habitudes malsains.

La dîme est encore la priorité du budget familial.

Promise (Promesse) est la deuxième priorité du budget familial.

Je désire élargir le pourcentage du revenu donné comme Promise (Promesse) quand j’obtiens plus de revenus.

 Je planifie ma retraite.

Je prévois un fonds d’urgence équivalent à au moins trois mois de salaires, mais, idéalement, équivalent à six mois de revenus.

 Je planifie de façon stricte une épargne comme la troisième priorité financière après les dîmes et Promise. (Promesse)

Il existe un plan ferme pour adopter un mode de vie simple,  évitant toutes sortes de choses ostentatoires ou superflues.

Je veux gagner davantage pour investir davantage dans le royaume de Dieu. (Je n’emporterai rien au ciel en sus des personnes que j’aurais gagnées pour Christ.)

Je comprends la responsabilité de disposer de mes biens de telle sorte qu’après que je quitte cette vie, ils continueront à servir Dieu et Son royaume, restant dans Ses rangs.

J’ai un engagement important avec Dieu et ma famille pour abandonner ce revenu supplémentaire si jamais un des items ci-dessus est compromis.

D’autre part, un revenu additionnel peut devenir une malédiction si :

 Je l’ai obtenu de manière frauduleuse ou en prenant avantage des moins favorisés.

Il me force à sacrifier mon temps de communion personnelle avec Dieu.

Je ne peux plus me joindre au culte de famille.

Je n’ai plus de temps pour donner des études bibliques ou participer à de petits groupes.

 Il ne me permet pas d’accueillir le jour du sabbat avec ma famille, quelques minutes avant le coucher du soleil le vendredi.

J’accepte la fatigue pour excuser mon absence d’une École du Sabbat et d’un service non virtuels les sabbats.

Je n’ai plus de temps à accorder à mon conjoint/ma conjointe et mes enfants (par exemple, repas, cultes de famille, ou sorties).

Mes enfants sont seuls ou sans aucune surveillance la plupart du temps quand ils sont chez eux.

Je l’ai obtenu aux dépens de ma santé :

  Manque de sommeil.

  Ne pas pratiquer d’exercices quotidiens,

• Ne pas prendre deux ou trois repas planifiés (et les remplacer parfois par des snacks).

  Acheter de la nourriture plus chère et peut-être malsaine.

On oublie que Dieu est la source de revenus, et, par conséquent, la dîme ne Lui est pas rendue.

Le coeur n’est plus reconnaissant, et ainsi les offrandes régulières et systématiques (Promise : Promesse) ne sont pas données.

Il n’y a pas de plan financier de retraite.

 Il n’y a pas de fonds d’urgence.

Il n’y a pas de plan d’épargne, et les revenus additionnels sont dépensés pour satisfaire aux désirs présents et aux achats impulsifs au lieu de prévoir pour les besoins à venir.

Il n’y a pas de plan pour adopter un mode de vie simple et pour éviter toutes sortes d’ostentation.

Je veux gagner davantage pour avoir une vie meilleure sur terre, et je ne me soucie pas de la vie éternelle.

Je n’ai pas de plan pour remplir le ciel d’âmes, gagnées par mes efforts personnels et financiers.

 Je n’ai ni testament ni plan pour disposer de mes biens pour servir Dieu et Son royaume après que j’aurai quitté cette vie.

Je ne m’engage pas à quitter mon emploi si un des items énumérés plus haut est compromis.

 Je n’ai rien à craindre si je place tout ce que j’ai entre les mains qui ont été clouées pour moi à la croix. C’est Sa Parole qui suggère et promet : « Craignez l’Éternel, vous ses saints, car rien ne manque à ceux qui le craignent. Les lionceaux connaissent la disette et la faim, mais ceux qui cherchent l’Éternel ne sont privés d’aucun bien (Ps. 34:10, 11). » Et je veux Lui faire confiance !

* Promise (Promesse) est un nom pour l’offrande régulière et systématique, donnée régulièrement dès que quelqu’un reçoit un revenu ou une augmentation, et donnée comme un pourcentage promis de chaque revenu ou augmentation.

Marcos F. Bomfim

Marcos F. Bomfim

Pasteur Marcos F. Bomfim est le directeur des Ministères de la Gestion Chrétienne de la Vie à la Conférence Générale des adventistes Du Septième Jour, Silver Spring, Maryland, États-Unis

Media Block Image Alt

July–September, 2019

CONTENTEMENT