By Marcos F. Bomfim

« Promesse » est un nom employé pour l’offrande régulière et systématique, une offrande qui est différente de l’offrande volontaire (voir tableau ci-dessous). Mais si elle est régulière et systématique, quelle devrait être la régularité avec laquelle on doit la donner, et quel système adopter ?

Régularité : Selon la Bible, la régularité de l’offrande devrait être déterminée par la régularité de ce que nous recevons. (Prov. 3 : 9) Comme cela peut être considéré comme la façon la plus basique, fondamentale de donner, n’importe quelle autre façon de donner devrait se faire au-delà, ou en supplément.

Système : Le système est proportionnel aux revenus, ou basé sur un pourcentage (1 Cor. 16 : 1 ; Deut. 16 : 17). Cela signifie que les sommes seront changées alors que les revenus sont modifiés. Ellen G. White dit : « Dans le système biblique des dîmes et des offrandes, les sommes versées par les différentes personnes varieront évidemment beaucoup, puisqu’elles sont proportionnelles aux revenus. »[1]

Quelques principes au sujet de Promesse :

  • Ce n’est pas considéré comme aussi important et obligatoire que la dîme (Mal. 3 : 8-10).
  • Ne pas rendre Promesse est aussi considéré comme malhonnête devant Dieu (Mal. 3 : 8-10).
  • Elle doit être donnée quand on reçoit n’importe quel revenu (Prov. 3 : 9), juste après la dîme. Le fait que les revenus ou l’augmentation précèdent Promesse contredit toute théologie qui suggère que les offrandes sont un moyen d’acheter la faveur de Dieu.
  • Comme Promesse est proportionnelle aux revenus, ou basée sur le pourcentage, Dieu ne s’y attend pas quand il n’y a pas de revenus (2 Cor. 8 : 12). Il est toujours le premier à donner.

Un peu plus : Dans Malachie 3 : 8-10, les dîmes et offrandes sont considérées comme ayant une importance égale et sont obligatoires. Ne pas apporter l’une ou l’autre consiste à voler Dieu. La conclusion semble inévitable à savoir que l’offrande mentionnée dans Malachie 3 : 8-10 diffère des offrandes volontaires. Et le fait qu’elle est mentionnée avec la dîme indique que les deux sont sous le même système, comme l’offrande mentionnée dans Proverbes 3 : 9, 10. Ainsi, on attend au moins trois caractéristiques similaires à la fois pour la dîme et pour Promesse (offrande régulière et systématique) : (1) régularité (après chaque revenu) (2) proportionnalité (une proportion des revenus), et (3) livraison (apportée à la maison du trésor).

Ellen G. White soutient aussi l’idée que les dîmes et offrandes sont sous le même système, et que ce système inclut le concept de donner une proportion des revenus. Dans une citation précédemment évoquée dans cet article, elle dit : « Dans le système biblique [singulier] des dîmes et des offrandes [les deux sous le même système] les sommes versées par les différentes personnes varieront évidemment beaucoup, puisqu’elles sont proportionnelles aux revenus. »[2]

Dans une autre citation, elle arrive au point de dire que cette offrande, avec la dîme, n’est pas volontaire, mais fait partie « de notre obligation ». Cette pensée, en ligne avec Malachie 3 : 8-10, confère l’idée que ne pas apporter ce type d’offrandes a des conséquences morales et spirituelles. Voici la citation : « Cette question des dons ne doit pas être soumise à nos impulsions. Dieu nous a donné des instructions bien précises à ce sujet. Il a désigné les dîmes et les offrandes comme la mesure même de notre sens du devoir. Et Il désire que nos dons soient faits d’une façon régulière et systématique. »[3]

L’une des raisons pour donner des offrandes régulières sous le système basé sur le pourcentage est qu’il reconnait Dieu comme l’Initiateur du processus de don. Il est nécessaire pour l’adorateur de reconnaître et de mesurer une bénédiction avant de calculer le pourcentage qui doit être donné. Donc, l’acte humain ne précède jamais le don de Dieu. Ce que Rodriguez dit au sujet de la dîme peut très bien s’appliquer à Promesse : « C’est toujours une réponse et jamais un prélude. »[4]

Autre raison pour laquelle nous devrions donner des offrandes régulièrement et systématiquement : « l’égoïsme est la plus forte et la plus courante des impulsions humaines. »[5] « Par conséquent, » dit Ellen G. White, « dans notre travail et dans nos dons pour la cause de Dieu, il est déraisonnable de se laisser diriger par un sentiment ou une impulsion. »[6] Pour cette raison, elle avertit aussi : « C’est avoir une attitude peu sage et dangereuse que de donner et de travailler lorsque nos sentiments ont été stimulés, et de renoncer à nos dons et à notre travail dès que cesse cette stimulation. » La messagère de Dieu termine ce paragraphe en disant que « Les chrétiens doivent agir d’après des principes bien déterminés, en suivant l’exemple du renoncement et du sacrifice de soi manifesté par le Sauveur. »[7]

Comparaison Dîme, Promesse, et Offrandes volontaires

Caractéristiques/Offrandes

Dîme

Promesse

Offrande volontaire

Régularité

Déterminée par les revenus

Déterminée par les revenus

Sporadique

Système

Proportionnelle aux revenus

Proportionnelle aux revenus

Selon le désir du cœur

Obligatoire

Toute la vie

Toute la vie

Circonstancielle (quand poussée par l’Esprit)

Pourcentage

Prédéterminé par Dieu (10 %)

Choisi par l’adorateur guidé par l’Esprit (___%)

N/A

Possibilité d’ajustement du pourcentage

Non

Oui

N/A

Livré à

La Maison du Trésor

La Maison du Trésor

Lieu choisi par l’adorateur

Bénéficiaires ultimes

Portées locale, régionale, et internationale

Portées locale, régionale, et internationale (suggérées)

Choisis par l’adorateur

Comment devenir un Promettant :

  • Vœu, promesse, ou objectif (2 Cor. 9 : 7) la régularité, le pourcentage, et la période de validité (durée) de votre offrande.
    • Régularité : Décidez devant Dieu de donner en réponse à Son offrande. Donnez comme Il vous donne, et non selon vos impulsions, perceptions, sympathies, ou appels, ou de votre cœur, qui peuvent être trompeurs. (Jér. 17 : 9).
    • Système : Décidez de donner un pourcentage spécifique ou une proportion de tout revenu ou de toute augmentation que le Seigneur donne (1 Cor. 16 : 1 ; Deut. 16 : 17). Différent de celui de la dîme, dont le pourcentage est établi par Dieu, l’adorateur peut avoir pour objectif ce pourcentage « dans son cœur » (2 Cor. 9 : 7).
    • Durée : Tout comme pour la dîme, l’offrande est attendue pendant toute la vie d’un chrétien. Mais comme les pourcentages peuvent être ajustés ou augmentés périodiquement, il est important d’établir cette périodicité. Certains décident d’établir leurs pourcentages pour une année, les ajustant à la fin de la période selon les bénédictions divines.
  • Choisissez le pourcentage : priez, demandez au Saint-Esprit de vous guider au sujet du pourcentage du revenu que vous promettrez de donner comme une offrande régulière (Promesse). Vous pouvez l’écrire ici (_____%) en présence de Dieu, ou sur la tablette de votre cœur.
  • Donnez à Dieu la première place : rendez votre Promesse immédiatement après votre dîme (Matt. 6 : 33; Mal. 3 : 8-10), et avant de dépenser vos revenus.[8]

Encouragement pour que vous commenciez maintenant :

  • « Goûtez et voyez comment l’Éternel est bon ! Heureux l’homme qui cherche refuge en Lui ! Craignez l’Éternel vous ses saints, car rien ne manque à ceux qui Le craignent » (Ps. 34 : 9,10).
  • « Les lionceaux connaissent la disette et la faim, mais ceux qui cherchent l’Éternel ne sont privés d’aucun bien » (Ps. 34 : 11).
  • « J’ai été jeune, j’ai vieilli, et je n’ai pas vu le juste être abandonné ni ses descendants mendier leur pain » (Ps. 37 : 25).
  • « Honore l’Éternel avec tes biens et avec les prémices de tous tes produits ! Alors tes greniers seront abondamment remplis et tes cuves déborderont de vin nouveau. » (Prov. 3 : 9, 10)
  • « Mettez-moi ainsi à l’épreuve," dit l’Éternel, le maître de l’univers, “et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les fenêtres du ciel, si je ne déverse pas sur vous la bénédiction en abondance. Pour vous, je menacerai l’insecte vorace.” » (Mal. 3 : 10, 11)
  • « Et mon Dieu pourvoira à tous vos besoins conformément à sa richesse, avec gloire, en Jésus Christ. » (Phil. 4 : 19)
  • « Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous » (1 Pi. 5 : 7)

 


[1] Ellen G. White, Conseils à l’Économe, p. 73 (italiques données).
[2] Idem. (italiques données).
[3] White, Conseils à l’Économe, pp. 86.
[4] Angel M. Rodriguez, Stewardship Roots: Toward a theology of Stewardship, tithe, offerings,(Racines de la gestion: Vers une théologie de la Gestion, de la dîme, des offrandes) p. 46. Silver Spring, MD: Département des Ministères GCV de la Conférence Générale des Adventistes du Septième Jour.
[5] White, Conseils à l’Économe, p. 28.
[6] Idem.
[7] Ibidem.
[8] “Il a désigné les dîmes et les offrandes comme la mesure même de notre sens du devoir. Et Il désire que nos dons soient faits d’une façon régulière et systématique… Une fois la dîme mise à part, les dons et les offrandes doivent être ajoutés, ‘selon la prospérité.’ de chacun” White, Conseils à l’Économe, pp. 86.

 

 

Marcos F. Bomfim

Marcos F. Bomfim

Pastor Marcos F. Bomfim est le directeur des Ministères GCV à la Conférence Générale des Adventistes du Septième Jour, Silver Spring, Maryland, États-Unis.