Réaliser la Parité ou Mieux Entre Dîmes et Offrandes

Durant la 61ème Session de la Conférence Générale, récemment, un délégué a demandé au trésorier de la CG de donner des détails sur la disparité entre la dîme et les offrandes, et comment résoudre ce problème à travers le monde.

Nous pouvons louer Dieu pour la croissance régulière de la dîme pendant ces années. Certains territoires ont connu une chute des dîmes pendant le pic de la pandémie de COVID-19, mais le volume des dîmes a retrouvé le même niveau ou davantage qu’il était avant la pandémie. En contraste, les offrandes, soit données comme des offrandes combinées, soit des offrandes missionnaires ne croissent pas obligatoirement au même rythme. L’importance des offrandes pour, davantage de mission mondiale et de mission de l’église locale, est indéniable. Les offrandes fonctionnent comme des catalyseurs pour la propagation des messages des trois anges, accélérant ainsi, la seconde venue de notre Seigneur. Les membres d’église doivent comprendre le contexte missionnaire actuel. Cet article partage l’expérience d’un district de pasteur où le don des offrandes rattrape l’écart entre ce qui est donné comme dîmes, et en quelques circonstances, dépasse la dîme.

Programme d’ Enrichissement de la Gestion

Il y a quelque temps, j’ai entendu le témoignage extraordinaire de membres d’église consacrés et engagés de l’Église Adventiste du Septième Jour de Baan de la Fédération d’Union du Sud des Philippines. Ces membres donnent leurs offrandes comme un pourcentage de leurs revenus, avec 90 pourcent des membres qui donnent 10 pourcent ou plus comme offrandes régulières et systématiques. Cette habitude en matière de don a un impact significatif sur la capacité missionnaire de leur église locale. Je voulais savoir davantage sur les facteurs derrière cette générosité révolutionnaire.

Tout a commencé en Novembre 2017, quand Pasteur Roger Jimenez, le directeur GCV de la mission locale, a tenu un Séminaire d’Enrichissement de la Gestion à l’église. Le séminaire transmettait la conviction exprimée en ces mots: “Aux jours d’Israël la dîme et les offrandes volontaires avaient pour but de soutenir l’ensemble du service divin. Le peuple de Dieu de notre époque oserait-il donner moins? Jésus a posé pour principe que nos offrandes soient en proportion des lumières et des privilèges dont nous jouissons. ‘On exigera davantage de celui à qui on aura beaucoup confié.’ Luc 12:48. En envoyant ses disciples prêcher l’Évangile, il leur dit: ‘Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.’ Matthieu 10:8.”[1]

À la suite de ce séminaire, l’église locale a adopté quelques résolutions clés. D’abord, elle pourvoirait une éducation de la gestion à intervalles réguliers durant l’année. Ils se sont présentés avec une Initiative JAJO, faisant référence aux mois de Janvier, Avril, Juillet, et Octobre, durant lesquels ils mettraient l’accent spécialement sur la promotion de la gestion. Ceci a été implémenté depuis 2018.

En sus d’assurer l’éducation régulière et mise à jour des membres d’église, tous les anciens de cette congrégation locale se sont réengagés à être fidèles dans la dîme, et ont décidé de donner encore 10 pourcent comme offrandes. Comme leaders de l’église, ils voulaient donner l’exemple d’un don basé sur le pourcentage pour les offrandes et de démontrer l’importance des offrandes. Une autre initiative était la création de groupes de soins, chacun sous la direction de deux anciens d’église. Les membres d’église ont été divisés dans ces groupes de soins. Dans ces groupes de soins, les membres ont reçu l’instruction au sujet du don basé sur le pourcentage pour les offrandes et ont été encouragés à revaloriser ce qu’ils donnaient déjà, tout en retournant une dîme fidèle.

Rapidement, les membres des groupes de soins ont commencé à faire l’expérience des bénédictions exceptionnelles de Dieu comme conséquence de leurs nouvelles pratiques de donner. Ces témoignages ont été partagés à toute l’église durant les réunions d’église, comme le ministère des hommes, les réunions des jeunes adventistes, et les ministères des enfants. Ceci a motivé plus de membres à donner leur meilleur pourcentage comme offrandes régulières et systématiques. Par conséquent, il y a eu une croissance significative et constante dans les offrandes de l’Église Adventiste du Septième Jour de Baan depuis 2018. Ceci est évident quand on compare le rapport du trésorier pour l’année 2017 à celui de l’année 2021 (voir Graphiques 1 et 2).

Résultats du Programme D’Enrichissement de la Gestion

La comparaison entre l’année 2017 et celle de 2021 indique une légère augmentation de la dîme de 10.31 pourcent en devises locales. Je crois que l’explication plausible est qu’il y avait soit une diminution soit aucune augmentation des revenus des membres dans cette communauté d’église, 2021 étant une année touchée par la COVID-19 et ses séquelles. Cependant, quand les offrandes totales pour 2017 sont comparées à celles de 2021, il y avait une croissance significative d’approximativement de 69.04 pourcent. Ces chiffres de l’Église SDA de Baan témoignent que c’est vraiment possible de changer la pratique des offrandes parmi les membres d’église; le fossé entre les offrandes et la dîme n’est pas une réalité fixée.

Comme autres résultats, les dirigeants locaux ont observé qu’il n’était plus nécessaire de “vendre” des projets aux membres pour qu’ils soient généreux. Ils donnent maintenant par amour authentique pour Dieu et Sa mission. Précédemment, quelques membres donnaient d’importantes sommes d’argent pour soutenir quelques projets. Cette situation aboutissait souvent à l’orgueil et à un esprit de compétition. Donner comme un pourcentage en réponse à la possession et à la provision de Dieu a contribué à augmenter une atmosphère fraternelle au sein de l’église locale. Finalement, l’église locale a les fonds nécessaires pour couvrir toutes les dépenses pour accomplir sa mission donnée par Dieu.

Curieusement, le modèle de croissance à l’église de Baan n’est pas un incident isolé. L’effet se répand sur le district dont fait partie l’église de Baan (voir Graphique 3). Nous pouvons imaginer ce qui arriverait si chaque membre autour du monde comprenait et mettait en pratique ce concept donné par Dieu, donnant des offrandes à chaque fois qu’il reçoit des revenus ou une augmentation de Dieu. Ellen G. White écrit: “Si le plan de générosité systématique était adopté par chaque individu et suivi complètement, il y aurait des réserves constamment dans notre trésorerie. Les revenus couleraient comme un flux continu constamment alimenté par des sources débordant de générosité.”[2] (trad libre)

Les églises des autres localités devront adapter la stratégie utilisée par l’église de Baan, mais il y a quelques principes de base qui sont dignes d’être reproduits:

  • Soyez intentionnels pour faire face à la réalité au sujet des offrandes.
  • Le message de la gestion devrait être répété régulièrement dans toutes les sections de l’église.
  • Les dirigeants de l’église, pas seulement les directeurs GCV, sont pleinement impliqués dans l’enseignement, encourageant, et donnant l’exemple des principes de l’économat.
  • Répandez les histoires de la récompense de Dieu pour les fidèles.

Alors que nous crions “J’Irai” dans nos églises, prenez exemple sur l’église de Baan en chantant “J’irai avec mes meilleures offrandes régulières et systématiques, basées sur mon pourcentage le meilleur.”



[1] Ellen G. White, Patriarches et Prophètes (Washington, D.C.: Review and Herald Pub. Assn., 1890), 515.

[2] Ellen G. White, Témoignages pour l’Église, vol. 3 (Mountain View, CA: Pacific Press Pub. Assn., 1872), 389.

Jibil Simbah

Jibil Simbah sert comme Directeur du Département GCV de la Division Asie Pacifique Sud des Adventistes du Septième Jour. Servir les autres comme un leader serviteur, vivre une vie équilibrée, et croire que les principes de la Gestion font une véritable différence dans le monde. La seule façon de faire est simplement de commencer. Ne demandez pas aux autres ce que vous ne voulez pas faire vous-même. Et donc, pour que je croie, il faut que j’agisse.

Featured Articles