Recentrer la Mission

“Recentrer la Mission” est le thème qui pourrait résumer à la fois le Conseil des Ministères GCV et le Comité Annuel 2022 de la Conférence Générale. Après avoir entendu les rapports, nous avons célébré l’augmentation des membres de l’église mondiale et la croissance exceptionnelle dans certaines régions du monde. Une autre raison de réjouissances est le soutien financier incroyable que nos membres donnent à l’église ; dans la plupart des endroits, la situation financière est revenue à la situation pré-pandémique. Cependant, nous ne pouvons ignorer la suggestion de Elder G. T. Ng, le secrétaire exécutif de la CG, à la retraite, à l’appui d’un rapport réaliste du secrétariat : “De dégonfler notre ego d’entreprise” et de reconnaitre “le travail achevé et le travail non encore achevé.” Ng nous met en garde contre le triomphalisme ! En tant que corps de Christ, l’avenir de notre mission dépendra largement de notre capacité à nous connaître.

Pour une évaluation objective de nos réalisations, aucun exercice n’est plus approprié que de revisiter Apocalypse 14 :6–12, la formulation de la mission de Dieu pour Son église du reste. Les premières lignes des messages des trois anges donnent un critère adéquat : “Je vis ensuite un ange voler haut dans le ciel. Il avait un Évangile éternel pour l’annoncer aux habitants de la terre, à toute nation, à toute tribu, à toute langue et à tout people. Il disait d’une voix forte : ‘Craignez Dieu et rendez-lui gloire, car l’heure de son jugement est venue. Adorez celui qui a fait le ciel, la terre, la mer et les sources d’eau ’” (Apocalypse 14 :6, 7).[1] Selon ce passage important, notre mission des derniers jours est achevée quand tous les groupes de personnes ont reçu l’évangile éternel, qui est une invitation à adorer le Propriétaire et le Soutien de tous.

À cet égard, deux indicateurs ont clignoté au rouge durant les cinquante dernières années : le nombre de missionnaires interculturels envoyés dans l’église mondiale est sur le déclin, et le ratio des offrandes par rapport à la dîme a constamment chuté pendant la même période. Y a-t-il des relations entre ces deux variables ? Ceci vaut une étude. Comment renverser cette tendance maléfique pour compléter la mission ? Être conscient que nous ne sommes pas encore là où nous sommes supposés être, est un bon point de départ pour un changement de direction. Que pouvons-nous faire d’autre ?

La version abrégée du sermon “Réparateurs de Brèches,” les articles “Nous Comptons ce que nous Valorisons,” “Principales Mesures de Gestion,” et d’autres articles dans ce numéro offrent quelques suggestions intéressantes pour actualiser “Recentrer la Mission.” Cependant, je crois profondément que la rampe de lancement pour propulser l’église dans une mission avec une vitesse différente vient de la question rhétorique de Dwain Esmond: “Une église qui adore à 37% ou à 52% peut-elle proclamer efficacement un message centré sur l’adoration au monde?”[2] Notre message concerne l’adoration, et le don, le service, et le témoignage sont des expressions de l’adoration. Par conséquent, retourner à l’autel individuellement, régulièrement, et avec notre famille, fera de “Recentrer la Mission”, la nouvelle façon d’être le peuple de Dieu.

Aniel Barbe
Rédacteur en chef


[1] Toutes les citations de l’Écriture sont de la version Segond 21 pour le français

[2] La série de ressources pour l’initiative “Retour à l’Autel” est accessible à: https://stewardship.adventist.org/back-to-the-altar—annual-council

Aniel Barbe

Featured Articles