By Dennis R. Carlson

Les parents chrétiens adventistes du septième jour essaientde transmettre à leurs enfants leur foi en Dieu et dans les valeurs de la vie. Tout ce que nous possédons sur terre est temporaire et finira par disparaitre; en contraste, notre foi et nos valeurs créent un caractère fort chez nos enfants, qui est éternel. 

Le magazine Forbes soutient cet objectif parental de transmettre « valeurs et leçons de vie » avec des résultats d’unsondage.1 « Quand on leur a demandé ‘Quelle est la chose la plus importante à transmettre à la prochaine génération?’ la réponse No. 1, donnée par 74% des sondés, était : ‘Valeurs et leçons de vie .’ » La réponse « actifs financiers ou biens immobiliers » occupait la dernière place. Au milieu se trouvaient « instructions et voeux à accomplir » et « possessions personnelles de valeur émotionnelle ».Chris Heilmann, directeur général fiduciaire de U.S. Trust, soutient que la transmission des valeurs est l’élément clé de notre héritage : « J’ai été dans ce business pendant 41 ans travaillant avec des familles, et selon mon expérience, si les riches avaient le choix entre la transmission de leur argent ou de leurs valeurs, mais non les deux, ils préfèreraient léguer leurs valeurs ».2 Transmettre notre foi et nos valeurs est le bien le plus important que nous pouvons léguer à nos enfants et petits-enfants.

Transmettre notre foi et nos valeurs est le bien le plus important que nous pouvons léguer à nos enfants et petits-enfants.

Changer de la tradition à la voie de Dieu

Ellen White, la messagère de Dieu, a écrit ces mots au sujet de notre héritage matériel : « Ayez toujours à l’esprit que la manière égoïste de disposer de ses biens selon la coutume ne fait pas partie du plan de Dieu, mais est une erreur humaine. Les chrétiens devraient se poser en réformateurs ».3

Comment devrions-nous comprendre ces mots de façon correcte ? Ellen White soutient que la façon de planifier, acceptée par tous, n’est pas d’origine divine. Qu’est-ce qui dans la façon traditionnelle de planifier n’est pas conforme à celle dont un chrétien adventiste du septième jour devrait « disposer de ses biens » ? Suggère-t-elle une alternative ?

« Le Seigneur désire que ses disciples disposent de leurs biens pendant qu’ils peuvent le faire eux-mêmes. Certains demanderont : “Dois-je me dessaisir de tout ce que je puis appeler mien?” Peut-être pas maintenant, mais il faut être disposé à le faire pour l’amour du Christ. Reconnaissons-le comme le Maître absolu de tout ce qui nous appartient et usons de nos biens d’une main libérale chaque fois que des fonds sont nécessaires au progrès de son oeuvre. »4

Je luttais avec ces déclarations, me demandant comment comprendre ce que Dieu cherchait à communiquer à travers Ellen White. Cependant, je devais reconnaitre que ses mots faisaient écho à ce que l’apôtre Paul écrivait : « Pour ma part, en effet, je suis déjà comme sacrifié et le moment de mon départ approche. 7 J’ai combattu le bon combat, j’ai terminé la course, j’ai gardé la foi ». (2 Tim. 4 : 6, 7) Les adventistes du septième jour devraient être des réformateurs et respecter les directives dans leurs plans de propriété.

Récemment, j’ai lu un livre écrit par David Green, PDG et fondateur de la chaîne des magasins de détail Hobby Lobby, qui m’a éclairé au sujet de l’implication et de l’application d’agir selon la voie de Dieu. Le titre a attiré mon attention : « Tout donner »; et le sous-titre, Et tout récupérer encore,5 était encore plus intrigant.

Un vivant exemple

Les magasins Hobby Lobby sont une chaîne nationale d’artisanat situées aux États-Unis. David et sa femme, Barbara, ont lancé le business en 1970 avec un prêt de 600$. Aujourd’hui, il y a plus de 800 magasins dans 47 états, plus de 32,000 employés, et une valeur nette estimée à 7.1 milliards de dollars. Hobby Lobby est l’un des plus grands distributeurs d’artisanat privés aux États-Unis.

Les membres de la famille Green sont des Chrétiens engagés et cherchent à honorer Dieu dans tout ce qu’ils font dans leur vie personelle et leur business. Leur dévouement à Dieu les a conduits à la Cour Suprême des ÉU dans un cas lié à leur opposition de distribuer des médicaments abortifs aux employés.6 La famille a choisi de risquer de perdre son business plutôt que de compromettre sa foi et ses principes Chrétiens. Cette décision a été prise à l’unanimité par tous les membres de la famille : parents, enfants, et petits-enfants inclus.

La famille a eu du succès en mettant en pratique les instructions bibliques : « 22 L’homme de bien laisse un héritage aux enfants de ses enfants, tandis que les richesses du pécheur sont en réserve pour le juste ». (Prov. 13 : 22) David et Barbara Green ont reçu leur foi et leurs valeurs de leurs parents. Ils ont eu du succès en les transmettant à leurs enfants enfants, qui, à leur tour, les ont passées à la génération suivante. David Green appelle ces diverses générations G-1, G-2, et G-3; et maintenant la génération G-4 est née.

Au début, les Greens avaient créé un plan conventionnel de propriété, préparé par un homme de loi, suivant des traditions normales de la loi. Après un certain temps, David Green se sentait mal à l’aise avec la façon dont ce plan marcherait. Barbara et lui (G-1) en firent un sujet de prière, cherchant à trouver la sagesse de Dieu sur la manière dont ils devraient créer un plan qui donnerait gloire et honneur à Dieu. Aussi lorsque leurs enfants (G-2) grandirent et commencèrent à prendre les positions clés du business, organisèrent-ils une réunion de famille (comprenant G-1, G-2, et G-3) pour discuter du plan de leurs propriétés. Il en résulta que, la famille à l’unisson et à l’unanimité décida de faire exactement ce que dit le titre du livre—donner tout le business. Ils ont créé une fondation caritative qui possèderait légalement tous les avoirs.

Tous les membres de la famille ont un travail dans le business s’ils acceptent d’être de fidèles intendants et de travailler dur pour contribuer à son succès. Même David Green, qui a lancé le business, n’a maintenant qu’un salaire parce qu’il ne possède plus la compagnie. Les membres de la famille contrôlent la fondation caritative. À l’avenir, s’il semble juste de vendre le business, la famille ne recevra rien étant donné que toutes les recettes soutiendront différents ministères charitables dont la mission est de se concentrer sur les Écritures et de partager l’amour de Jésus-Christ. Ceci est une application inspirante d’un engagement total de croyants : « Les serviteurs de Dieu doivent employer chaque ressource pour agrandir son royaume ».7 [trad libre]

Ainsi, vous pourriez dire qu’ils ont tout donné… et ont tout récupéré abondamment. Ceci explique leur vie exceptionnellement généreuse. Hobby Lobby donne 50% de ses profits chaque année à une liste d’oeuvres de bienfaisance Chrétiennes. Fait intéressant, cette idée provient des enfants de David et Barbara (G-2), mettant au défi leurs parents d’essayer de tout confier à Dieu. Ils étaient les principaux donateurs derrière la création du Musée de la Bible à Washington, D.C.8

Dieu vous guidera tout comme Il a guidé la famille Green, si vous cherchez avec diligence Sa sagesse pour les plans que vous faites pour votre famille.

1 Forbes magazine 31 Mai 2013.

2 Ibid.

3 Conseils à l’économe, Section 14, Chapitre 62, p. 342.

4 Ibid., p. 338.

5 Green, David; High, Bill; Give It All Away . . . and Getting It All Back Again (GrandRapids, Mich.: Zondervan–HarperCollins), 2017. ISBN 978-0-310-34794.

6 https://www.youtube.com/watch?v=k4pL32qQ_3k

7 White, E. G. (1933), An Appeal for Self-supporting Laborers to Enter Unworked Fields, p. 11. Associated Lecturers’ Bureau. (Un Appel pour des Ouvriers Autosuffisants pour pénétrer des Champs non travaillés)

8 https://www.youtube.com/watch?v=rhKyIDuePjs

Dennis R. Carlson

Dennis R. Carlson

Dennis R. Carlson est le directeur des Offr andes Planifiées & Services Fiduciaires à la Conférence Générale.